Masques : après la débâcle des stocks, les errements de la livraison

world top buzz

worldtopbuzz.com

Au désastre du manque de masques, s’ajoutent maintenant les ratés du flux de distribution. Selon nos informations, des centaines de pharmacies ont reçu avec plusieurs jours de retard, voire dans certains cas près d’une semaine de délai, les protections promises par Emmanuel Macron le 16 mars lors de sa dernière allocution télévisée. Même dans les zones les plus touchées par le virus, la situation est parfois critique. «On avait une soixantaine de pharmacies qui n’avaient pas encore été livrées lundi sur le seul département de la Meurthe-et-Moselle, raconte René Paulus, responsable de l’Ordre des pharmaciens dans la région Grand Est. C’était complètement erratique : à Nancy par exemple, il y a huit pharmacies dans la ville, la moitié a été livrée, l’autre moitié, non. Les dernières pharmacies ont finalement été livrées mardi après-midi.»

Chaque jour est pourtant crucial dans ce département, collé au foyer épidémique alsacien, où près d’une centaine de patients sont hospitalisés en réanimation. La situation s’explique en grande partie par une décision prise dans la précipitation par la cellule de crise rattachée au ministère de la Santé dans la foulée de l’annonce présidentielle : le réseau de distribution classique des grossistes-répartiteurs de médicaments dans les pharmacies a été contourné. La livraison a été confiée par les autorités à Geodis, une filiale privée de la SNCF. Une entreprise dont le cœur de métier est bien la logistique, mais qui n’est pas du tout spécialiste du circuit pharmaceutique.

«Une livraison qu’ils n’avaient jamais réalisée»

Pour envoyer des masques partout en France aux nombreux personnels soignants, en dehors des hôpitaux, le gouvernement a fait le choix, depuis plusieurs semaines, de s’appuyer sur les 21 500 pharmacies françaises. Chaque officine reçoit un lot contingenté à distribuer aux différents professionnels désormais en première ligne face aux malades : médecins, infirmiers, aides-soignants. Une première livraison avait été organisée début mars par le réseau habituel des grossistes-répartiteurs. «Nous avions été sollicités par la cellule de crise pour la première dotation de 10 boîtes de masques par pharmacie d’officine. Nous avions utilisé la chaîne du médicament telle qu’elle fonctionne au quotidien, et 183 agences de grossistes-répartiteurs avaient été mobilisées : c’est un circuit sécurisé, encadré par le code de la santé publique», explique Laure Brenas, présidente du Conseil central C (distribution en gros) de l’Ordre national des pharmaciens, et dirigeante de l’entreprise CSP. Le deuxième arrivage, annoncé par Emmanuel Macron, a visiblement pris de court le ministère de la Santé. «Les grossistes-répartiteurs sont restés à disposition de la cellule de crise après la première livraison, poursuit Laure Brenas. Ils nous ont questionnés sur nos disponibilités pour la deuxième dotation, puis on a appris qu’ils avaient décidé de passer par Geodis, sans que nous ayons été consultés sur ce choix.»

A lire aussi Masques : la folle impréparation

Face aux retards de livraison, les pharmaciens ont fait face à la colère des personnels soignants démunis de protections. «Il a fallu qu’on leur dise qu’on n’avait pas reçu les masques, on a été suspectés de les garder pour nous, on a même parfois reçu des insultes, des menaces», s’émeut Pierre Béguerie, président du Conseil central des pharmaciens d’officine. «J’ai questionné toutes les pharmacies de mon réseau : sur les 2 800 pharmacies qui m’ont répondu, 50% n’avaient pas reçu de masques FFP2 [les masques de protection respiratoire, plus protecteurs que les masques chirurgicaux, ndlr] et 10% n’avaient rien reçu, ou des quantités dérisoires, et cela même dans des zones où le virus circule activement, regrette Gilles Bonnefond, à la tête de l’Union des syndicats de pharmaciens d’officine. L’Etat a demandé à Geodis une livraison qu’ils n’avaient jamais réalisée alors que les grossistes, eux, ont des fichiers à jour.» Un constat partagé par Pierre Béguerie : «C’est une société qui n’a pas l’habitude de livrer les pharmaciens : ils n’ont pas eu les bonnes listes d’officines, ou des listes incomplètes.»

«C’est le flou total»

Pour missionner Geodis, l’Etat s’est appuyé dans l’urgence sur un contrat-cadre entre l’organisme Santé publique France – qui dépend du ministère – et la filiale privée de la SNCF. Contacté, Geodis a refusé de répondre directement à nos questions, renvoyant la balle, à mots couverts, sur l’Etat. Dans une réponse envoyée par mail, via un communicant externe, l’entreprise explique que les «écarts entre les quantités attendues et les quantités livrées un jour donné» sont dus à la gestion des stocks par Santé publique France, «qui définit au quotidien les volumes à livrer». La livraison, prévue les 17 et 18 mars, s’est finalement étalée jusqu’au 24.

Pourquoi une telle décision a-t-elle été prise par les autorités ? Quelles ont été les conséquences précises sur le terrain ? Questionné sur la situation, le ministère de la Santé n’avait pas répondu à nos questions, ce mercredi en fin de journée. Un conseiller de Matignon au cœur du dispositif de crise pointe la responsabilité de la Santé sur ce choix de transporteur : «Est-il normal que les flux logistiques standards n’aient pas été utilisés ? Ce ministère n’est pas fait pour gérer cette crise, l’administration est dépassée. Historiquement, ce sont les armées qui prenaient le “lead” sur les fonctions vitales de l’Etat quand les administrations civiles ne pouvaient plus les assurer, elles ont ce savoir-faire que n’a pas le ministère de la Santé.»

A lire aussiPénurie de masques : les autorités n’ont pas vu plus loin que le bout de leur nez

Ces derniers jours, les représentants des pharmaciens ont tenté de joindre à plusieurs reprises la cellule de crise pour échanger sur la situation. Sans réponse. «Aujourd’hui, l’Ordre n’est au courant de rien, la profession n’est au courant de rien, s’énerve Pierre Béguerie. C’est le flou total, on a des annonces de production de quantités astronomiques de masques et parallèlement à ça, on ne nous tient pas au courant. Voilà la situation ubuesque dans laquelle nous sommes. Je n’arrive pas à comprendre.» Une nouvelle livraison de masques est prévue dans les jours à venir. Pour l’heure, impossible de savoir quel circuit de distribution l’Etat va utiliser.

Ismaël HalissatSource : liberation