Japon: les médecins COVID-19 manquent de nouveaux masques et d’une prime de risque: enquête syndicale

17 mai 2020 Non Par ADMIN
Japon: les médecins COVID-19 manquent de nouveaux masques et d'une prime de risque: enquête syndicale

PHOTO DE FICHIER: Un médecin portant un masque N95 prépare une simulation pour des tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR) au volant de la maladie des coronavirus (COVID-19) au quartier Edogawa à Tokyo, Japon, le 22 avril 2020. REUTERS / Issei Kato

TOKYO (Reuters) – Les médecins hospitaliers japonais en première ligne de la pandémie de COVID-19 sont confrontés à des conditions de travail difficiles, avec de nombreux masques réutilisés et peu de primes de risque, selon une enquête réalisée par un syndicat.

L’enquête auprès d’environ 170 médecins, menée en ligne de la fin avril au 6 mai, a révélé que les trois quarts ont déclaré qu’ils avaient reçu l’ordre de travailler sur la ligne de front du coronavirus, tandis que les quatre cinquièmes ont déclaré qu’ils ne recevaient aucune indemnité de danger pour le travail.

Dans la ruée mondiale pour les équipements de protection et les équipements médicaux, certains médecins japonais et d’autres experts disent que les gouvernements nationaux et locaux n’ont pas fourni d’aide financière et d’équipements de protection adéquats aux hôpitaux et au personnel médical.

L’enquête menée par le Zenkoku Ishi Union, publiée vendredi sur son site Internet, a révélé que près de 70% des médecins déclarent que le gouvernement ne gère pas la situation correctement.

Un responsable du ministère japonais de la Santé a déclaré que personne n’était disponible dimanche pour commenter les résultats de l’enquête.

L’enquête a révélé que 31% des médecins réutilisent les masques respiratoires N95, qui sont essentiels pour protéger les travailleurs de la santé de la contagion et destinés à être jetés immédiatement, certains utilisant les masques indéfiniment.

Un médecin a déclaré avoir utilisé «le même masque jusqu’à ce que les oreillettes se brisent».

Jeudi, le Premier ministre Shinzo Abe a levé son état d’urgence pour 39 des 47 préfectures du Japon, assouplissant ainsi 54% de la population. La grande région de Tokyo, qui représente un tiers de l’économie du pays, et les autres grandes villes restent soumises à des restrictions.

Le Japon a signalé quelque 16 300 cas de coronavirus, sans compter les infections sur un bateau de croisière qui a été mis en quarantaine dans le port de Yokohama au début de cette année, et 748 décès dus à COVID-19, la maladie causée par le virus, selon le diffuseur public NHK.

Reportage de Makiko Yamazaki; Montage par William Mallard

Nos normes:Les principes du Thomson Reuters Trust.