« La Traversée de Paris », « Jambier, 45 rue Poliveau ! »

Rien qu’aux noms, on pressent le truc formidable, unique, le chef-d’œuvre. Scénario et dialogues de Pierre Bost et Jean Aurenche, c’est pas rien. Ils ont signé les plus beaux scénarios du cinéma français, et Bost (injustement oublié) a aussi été un romancier exceptionnel. Ils ont oeuvré à partir d’une nouvelle de Marcel Aymé : bonne base de départ. Parlons du casting : Gabin, Bourvil, de Funès. La classe. Reste le metteur en scène, qu’on cite malgré l’antipathie qu’il nous a inspirée en doyen du FN : Claude Autant-Lara.

Deux hommes, la nuit, quatre valises pleines de côtelettes : voici pour l’argument. Sur cette trame simplissime, le film s’envole littéralement. Chaque gag est doublé d’émotion, chaque réplique est vive, naturelle, forte. « La Traversée de Paris » fait partie de ces films que tout le monde a vus, que tout le monde cite, et que tout le monde revoit. Tout y est dit : la tristesse de l’Occupation, les amitiés qui naissent par hasard en temps de guerre, l’humanité profonde qui sommeille chez les porteurs de cochon.

[embedded content]

Samedi 23 mai à 20h40 sur OCS Géants. Comédie dramatique franco-italienne de Claude Autant-Lara (1956). Avec Jean Gabin, Bourvil, Louis de Funès. 1h20. (En multidiffusion et A la demande).

Source : nouvelobs

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*