« La Vérité sur le mensonge », Mythos et compagnie

Que celui qui n’a jamais menti lève le doigt. Et il sera alors immédiatement démasqué en tant que menteur. Car tout le monde ment entre 2 et 80 fois par jour. C’est, en tout cas, la thèse de ce documentaire qui multiplie les expériences scientifiques pour dire toute la vérité sur le sujet. On s’en serait d’ailleurs contentés tant les scènes de fiction censées illustrer nos petits arrangements quotidiens avec la réalité paraissent caricaturales et sexistes : Monsieur Tout-le-monde raconte des craques à sa femme sur cette robe qui lui va à merveille alors qu’elle ne rentre plus dedans, sur la qualité des plats qu’elle lui a préparés ou sur les raisons de son retour tardif du travail à la maison…

L’homme, « un singe menteur »

Le film, en revanche, démêle plutôt bien les mensonges que l’on dit « pieux » (faits pour ne pas blesser) de ceux qui relèvent de l’entreprise de dissimulation, voire, pour les mythomanes, du besoin pathologique. On y apprend que les animaux, aussi, sont capables de mentir à leurs congénères en les alertant, par exemple, d’un faux danger imminent pour pouvoir s’emparer de toute la nourriture, prouvant que la dissimulation ou la ruse sont des phénomènes naturels.

L’homme serait, lui, « un singe menteur » et « le mensonge a été un puissant moteur dans le développement de son intelligence ». Pourtant, il faut attendre 5 ans, l’âge où se développe la conscience du vrai et du faux, pour commencer à savoir manipuler. Détecteur (aussi appelé polygraphe), étude du langage du corps (clignement des yeux, émotions feintes, mouvements de la tête…), analyses des changements physiologiques (rythme cardiaque accéléré, bouffées de chaleur induites par l’effort cognitif) : depuis toujours, la recherche tente de mettre au point des preuves irréfutables du mensonge. En vain. Mais en Bavière, un chercheur a récemment mis en évidence des résultats réguliers en étudiant les mouvements oculaires. En attendant, il ne nous reste qu’à nous fier à notre intuition et à nos capacités cognitives qui nous permettent de mentir mais aussi de débusquer ceux qui le font.

Samedi 23 mai à 22h40 sur Arte. Documentaire allemand de Birgit Tanner (2019). 52 min. (Disponible en replay jusqu’au 22 mai 2021 sur Arte.tv).

Source : nouvelobs

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*