Andorre : comment le Pas-de-la-Case est devenu un immense centre commercial

1 juin 2020 0 Par ADMIN

l’essentiel Le Pas-de-la-Case propose plus de 300 commerces et restaurants qui rouvrent ce lundi 1er juin après deux mois de fermeture en raison de la Covid-19. Dans les années 50, il ne comptait qu’une quinzaine de cabanes. Comment un village des Pyrénées situé à 2000 mètres d’altitude a-t-il pu devenir aussi prospère ?

De l’alcool, des cigarettes, des parfums… Les affaires des commerçants du Pas-de-la-Case reprennent ce lundi avec la réouverture de la frontière entre l’Andorre et la France, fermée plus de deux mois, à la suite de la pandémie de coronavirus. 

Pour faire repartir la machine à cash, les trois cents commerçants ont prévu d’importantes remises, dès ce lundi, allant jusqu’à 50 %. La réouverture de la frontière était fortement attendue par les commerçants et les restaurateurs du Pas-de-la-Case. « On a pas mal de marchandises stockées depuis trois mois, on est content de rouvrir, tout le monde est hyper pressé », raconte le président de l’association des commerçants Jean-Jacques Carrié.

A lire aussi : Pas-de-la-Case : comment les commerçants ont prévu de casser les prix dès ce lundi

Premiers commerces à la fin des années 30

Le Pas-de-la-Case n’a bien sûr pas toujours eu cet aspect d’immense centre commercial. Si le peuplement de l’Andorre a commencé au néolithique, le Pas-de-la-Case est resté très longtemps un paysage de montagne au climat rude à plus de 2000 mètres d’altitude. « À l’époque de la Guerre d’Espagne de 1936, beaucoup de gens ont fui le pays, passé les frontières et demandé asile à l’Andorre en 1936, 37 et 38 », raconte Jean Graulle, auteur de plusieurs livres d’histoire locale. « Ils ont implanté les premiers cabanons en bois ». Le village du Pas-de-la-Case commence à voir le jour. L’Ariégeois se souvient : « En 1957 ou 1958, d’abord avec la 4 CV de mon grand-père puis la 2 CV de mon père, on y venait. Il y avait une quinzaine de commerces en planche. Ils vendaient des tresses d’ail, des pastèques, des produits anisés ou du tabac ». La production de tabac a été longtemps très importante en Andorre.

Image d'archive du Pas-de-la-Case (date non connue).
Image d’archive du Pas-de-la-Case (date non connue). – Photo DR
Image d'archive du Pas-de-la-Case (date non connue).
Image d’archive du Pas-de-la-Case (date non connue). – Photo DR
Image d'archive du Pas-de-la-Case (date non connue).
Image d’archive du Pas-de-la-Case (date non connue). – Photo DR

Un premier téléski dans les années 50

Dans le même temps, un entrepreneur et champion de ski Francesc Viladomat décide de créer en 1956 un premier téléski au sommet du Coll Blanc au Pas-de-la-Case. La station s’agrandit au fil des ans, sans électricité, uniquement alimentée par deux groupes électrogènes avec des moteurs diesel. Jean Graulle, qui était conducteur de travaux en électricité, a participé en 1975 à la construction d’une ligne à haute tension entre Encamp, la commune sur laquelle se trouve le Pas-de-la-Case, et le Pas-de-la-Case. Mais aussi au premier hôtel quatre étoiles. « Il commençait à y avoir un besoin d’énergie important pour l’activité et pour se chauffer ». Dans les années 70, se souvient Jean Graulle, le Pas-de-la-Case compte « 150 à 200 maisons et 7 ou 8 hôtels. Le Pas-de-la-Case grossit anarchiquement. Une tache sur un tapis vert ». Les  touristes et les skieurs sont de plus en plus nombreux.

À l’époque, les commerces du Pas-de-la-Case séduisent aussi la clientèle d’Ax-les-Thermes venue en cure ou faire du ski. La gare de l’Hospitalet-près-l’Andorre est située à seulement 13 km du Pas-de-la-Case.

[embedded content]

Une faible fiscalité

Les commerces se développent dans les années 80, 90 et 2000 et les touristes sont sûrs de faire de bonnes affaires au Pas-de-la-Case en trouvant du tabac, de l’alcool, des parfums, de la maroquinerie ou de la hi-fi à des prix bien moins chers qu’en France. La faible fiscalité sur les produits (4,5 % de TVA en moyenne) est un atout de taille.

En 2003, les stations de ski s’associent pour donner naissance au domaine de Grandvalira, avec 210 km de pistes, la grande station de ski d’Andorre avec Vall Nord.

Outre les multiples boutiques, les principaux centres commerciaux du Pas-de-la-Case sont Hiper Pas et Pyrénées Andorra qui s’étendent sur 6000 m². « Les commerces représentent 30 à 33 % du PIB d’Andorre », précise Jean Graulle. Le produit intérieur brut andorran se montait à 2,7 milliards d’euros en 2018. Cette année-là, l’Andorre a accueilli 8,3 millions de touristes.

A lire aussi : Route du Pas de la Case fermée : un coup dur pour l’économie de la Haute-Ariège

Aujourd’hui, le Pas-de-la-Case compte 3000 habitants et « environ 300 commerces et restaurants », affirme le président de l’association des commerçants Jean-Jacques Carrié. En 2019, à la suite d’un éboulement, la fermeture de la RN 22 entre fin avril et le 17 mai, avait conduit une boutique sur trois à baisser son rideau. La clientèle française reste donc essentielle à l’économie du Pas-de-la-Case.


Source